deutsch | english
 

Histoire de l'entreprise

Dr. Wilhelm Küsters,
le premier employé - un technicien remarquable
Dr. Karl Schoeps, Fondateur et ancien directeur de l'entreprise

La société «Schall­technik Dr.Ing. SCHOEPS» a été fondée en juin 1948, mais le jour exact n’est pas connu. A l’époque, le monde des affaires n’était pas régle­menté comme aujourd’hui. Dans l’Allemagne d’après-guerre, les gens étaient surtout pré­oc­cupés de la recons­truction et de la res­tau­ration de leur quo­tidien. C’est pourquoi ce n’est qu’en 1956 qu’on trouve la première ins­cription offi­cielle au Registre du Commerce de l’IHK, mais pas encore sous la forme d’une «GmbH» (Sarl) que la société né prit qu’en 1978. Durlach, site de fon­dation, est le plus ancien quartier de Karlsruhe. Le siège de la société s’y trouve encore aujourd’hui. Le docteur-​ingénieur Karl Schoeps (né en 1906) en fut le fon­dateur, et le docteur-​ingénieur Wilhelm Küsters (né en 1910) en fut le premier salarié. Tous deux étaient issus de l’école supé­rieure de tech­no­logie de Karlsruhe, spé­cia­li­sation télécommunications.

Le nom de la société, un peu inha­bituel pour un fabricant de micros, s’explique par le fait qu’elle s’occupait à l’origine de tech­nique d’enregistrement et de sono­ri­sation en général. En effet, à l’époque de la consti­tution, le public avait un gros besoin de diver­tis­sement qu’il né pouvait pas — contrai­rement à aujourd’hui — satis­faire à l’aide de magné­to­scopes et de Home Cinema. Les gens allaient au cinéma de quartier. Le cinéma parlant connaissait alors sa prime jeunesse et la société SCHOEPS défi­nissait déjà les systèmes de sono­ri­sation des salles. Paral­lè­lement, elle construisait — d’abord dans une pièce d’habitation, puis plus tard dans un local loué à cet effet — des magné­to­phones en petites quan­tités. Dès l’année de fon­dation fut fabriqué le premier micro à conden­sateur SCHOEPS , le CMV 50/​2, qui com­portait deux des légen­daires tubes RV 12 P 2000. La capsule était encore soli­daire du corps du micro, dont les dimen­sions, aujourd’hui impen­sables, étaient de 320 mm de long par 80 mm de diamètre.

Pendant vingt ans, SCHOEPS tra­vailla sans réseau com­mercial propre. Pourtant, le cercle des clients né cessa de s’agrandir. Grâce à l’amitié qui liait le Dr Schoeps à son repré­sentant français qui dis­posait d’excellents contacts dans le monde radio­pho­nique, la société pu, dès les Années Cinquante, atteindre une res­pec­table position sur le marché qu’elle conserve encore aujourd’hui. A l’époque, la France repré­sentait lar­gement plus de la moitié des expor­ta­tions de SCHOEPS .

Continuez à lire sur la page 2 »